Infos Culinaires sur le muguet, vous pouvez imaginer vos recettes avec son arôme.

Publié le par Nathalie

A vos créas culinaires, j' attends vos recettes d' arôme au muguet ... salées/sucrées.

 

Nous sommes le 1er week end de mai ...sachez pour votre info, que vous pouvez réaliser des créas de Muguet en Gastronomie, même si ces belles clochettes sont toxiques :)

 

Lisez et vous comprendrez :)

 

Le muguet est un plante toxique, elle est utilisée pour soigner certaines maladies du coeur, ...mais cependant, l' arôme de muguet existe :)

Et sachez, que pour votre info culinaire, vous pouvez utiliser l' arôme de muguet, dans tous vos plats créatifs, pâtisseries, confiseries, glaces, crèmes desserts, sauces, mousses, crèmes brûlées, coulis, crèmes anglaises, chocolats, ganaches, confiseries, confitures, compotes, cocktails… car l' arôme n' est pas toxite :)


Marque : Patiwizz
Législation : Conforme à la Directive CEE N°88-388

Arôme MUGUET 115ml

Distributeur / Marque : Patiwizz Arômes
Référence : Arome-MUGUET115

 

et venez vite visiter le blog : Bruno Pompier : http://la-cuisine-cefor-midable.blog4ever.com/blog/index-352208.html

7.99 € ttc
   


bon dimanche, bonne lecture et à présent..... bonnes créas culinaire ;)

 

 

 

 

Publié dans divers

Commenter cet article

poucinette 05/05/2010 14:31


C0UC0U, je viens de v0ter !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! beau bl0g !!!!!!!!!!!!!!!!!!! PASSI0NBI0 attends t0n v0te !!!!!!!!!!!!!!!!

b0n mercredi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


mitokola 02/05/2010 18:02


Merci Nathalie pour toutes ces informations concernant le muguet, je ne savais pas que la fleur était toxique... j'adore ces petites clochettes, pas trop l'odeur...

Et si tu as un moment de libre, j'ai une petite surprise pour toi sur mon blog, histoire de n'avoir préparé aucune recette à base de muguet (lol)...

Bonne fin de journée
Bisous


Raphaël Zacharie de IZARRA 02/05/2010 13:16


LA VENDEUSE DE MUGUET

Avec sa mine pâle, sa claudication disgracieuse, son air abattu et ses habits tristes, la demi mendiante me héla avec une infinie maladresse tandis que je traversais la rue pour me rendre à la
boulangerie.

J'avais oublié que nous étions le 1er mai... Accoutumé à vivre loin de la plèbe et de ses moeurs odieuses, je me sentais parfaitement étranger à son univers imbécile et vulgaire. Et lorsque de
temps à autre me parvenaient les clameurs populaires (depuis les banales manifestations syndicales de rues jusqu'aux expressions de joies crapuleuses des bals du 14 juillet), non sans une réelle
satisfaction je prenais conscience de la hauteur séparant ma tour d'ivoire de ce monde misérable.

Son mauvais muguet à la main, la pauvresse insistait péniblement, sollicitant en vain ma générosité d'oisif avaricieux.

Avec irritation j'expliquai brièvement à la gueuse qu'en aucun cas je ne comptais dépenser quelques pièces pour un méchant brin de muguet dont je n'avais que faire et que de toute façon j'avais
besoin de mes sous pour acheter mes pâtisseries du matin à la boulangerie située juste derrière son stand, enfin que toute sa personne avec ses allures d'indigente m'indisposait au possible.

Pressé d'aller acheter mes gâteaux, je laissai l'importune à ses illusions de piécettes.

En sortant de la boulangerie, les mains chargées de trésors de raffinements au beurre frais et au sucre glacé, je croisai de nouveau la saltimbanque qui, jalouse à la vue de mon gros paquet de
pâtisseries, se fit suppliante.

Excédé par les manigances grotesques de cette espèce d'analphabète cherchant à se faire apitoyer, j'arrachai rageusement son muguet des mains pour le lui jeter au visage ! Enfin je n'omis pas de la
bénir d'un crachat d'aristocrate bien placé entre les deux yeux, qu'elle avait bruns (une roumaine sans doute), avant de m'éloigner avec morgue jusqu'au sommet de mon domicile inaccessible à la
gueusaille.

Qu'il est triste ce monde où les beaux sires de mon espèce, une fois l'an se font agresser dans la rue par de vilaines vendeuses de muguet...

Je rêve d'une société plus juste, fraternelle et sans hypocrisie où les seigneurs seraient mieux respectés des va-nus-pieds. On réclame sans cesse la compassion à l'égard des pauvres mais jamais on
ne parle d'honorer les sybarites pour ce qu'ils sont... Eux qui ont l'heur d'avoir les mains lisses et l'esprit éclatant mériteraient donc le mépris de la part des pauvres gens aux mains calleuses
? Et en vertu de quel principe souverain ?

Est-ce donc cela qu'on appelle le sens de la justice ?

Aujourd'hui 1er mai je viens de courageusement défendre les intérêts de l'esprit contre la dictature et la bêtise infâmes, étouffantes et régressives des laborieux.

Raphaël Zacharie de IZARRA


Nathalie 02/05/2010 13:28



juste un mot pour conclure Zachari de Izarra :


Vérité